Interview de Shelby Kaly

pixiz-14-11-2017-22-39-47

Bonjour, comment allez vous ?
Bonjour. Ça va plutôt pas mal, merci :) 

Pouvez-vous nous parler un petit peu de vous, votre parcours ?
Shelby Kaly est un pseudonyme, mais j’adore qu’on m’appelle Shelby (c’est un vieux surnom). Je suis aide médico-psychologique dans une unité Alzheimer.
J’adore écrire depuis l’adolescence, puis j’ai mis ça de côté un temps. J’ai repris la lecture compulsive quand je suis rentrée dans la vie active, puis le goût de l’écriture est revenu. C’est devenu une obsession, un besoin viscéral… 

Présentez nous un peu votre/vos livres
Black Fidelity est une saga en 3 tomes que j’ai commencé à écrire en 2015. Elle parle d’une assistante personnelle, Lynn, qui est appelée à la rescousse pour remettre dans le droit chemin Jett Campbell, le chanteur de Black Fidelity, qui est dans une tourmente infernale de drogue, sexe et actes inconscients.
C’est une rencontre explosive qui va les pousser chacun dans leur retranchement et qui va mettre à nu beaucoup plus de démons qu’ils ne l’auraient cru.

Qu’en pense votre entourage ? Vous soutiennent ils ? Lisent ils vos livres ?
Ils ont été assez surpris. Personne n’était au courant de cette passion. Je leur ai annoncé uniquement à la signature de mon contrat d’éditions. 
Quelques uns ont lu. D’autres non. Ça ne me vexe pas. Ils le font s’ils le veulent.
Mon homme me soutient depuis le début. C’est d’ailleurs lui qui a réalisé les couvertures de Black Fidelity.

Comment réussissez-vous à concilier votre vie de famille, votre vie professionnelle et l’écriture ? 
Ce n’est pas tous les jours évident. Je travaille à temps plein avec des horaires décalés. Ma façon de travailler est un peu décousue de ce fait.

Où trouvez-vous l’inspiration ?
En premier lieu : dans la musique. Les sentiments que me font ressentir la musique font ressortir beaucoup de choses de moi. J’ai d’ailleurs eu la chance de signer un contrat avec un groupe qui m’a beaucoup inspiré pour Black Fidelity. C’est Evenline. Ils m’ont autorisé à utiliser les textes de deux de leurs chansons pour ma saga. Je peux vous dire que quand ils ont dit oui, j’étais une vraie hystérique !
Après ça peut être une situation, un film, une phrase dans un livre, une confidence… 

Comment de temps mettez vous à écrire un roman ?
J’ai mis 2 ans à écirer Black Fidelity. Je ne suis pas très rapide. J’ai besoin de prendre mon temps.

Quel est votre genre de lecture ? 
La romance principalement. Mais j’aime beaucoup la bitlit et la fantasy.

Vous êtes plus  séries ou films ? 
Peu importe pour moi. C’est le contenu qui m’attire.

En dehors des livres, quels sont vos hobbies ?
La musique, aller à des concerts, voir mes amis.

Une phobie ?
Pas vraiment…

Si vous deviez résumer cette folle aventure en 3 mots
Partage, amour, stress

 Un mot à rajouter ?
Je remercie toutes les personnes qui partagent avec moi leurs ressentis de lecture et leurs émotions. J’espère faire encore un bon bout de chemin dans ce milieu et j’espère vivre encore ce genre de chose.

Si tu étais… Tu serais…

Un animal ? 
Un chat

Un objet ? 
Un Smartphone XD

Une musique ? 
Question difficile pour moi… En ce moment je dirai Lovely de Bilie Eilish. Revenez demain, ça sera une autre… 

Une saison ?
L’été

Un lieu ? 
Bora Bora

Une couleur ? 
Turquoise

Tu es plutôt…

Été ou hiver ? 
Eté

Chocolat ou bonbon ? 
Chocolat

Eau ou limonade ?
Eau

Café ou chocolat ? 
Café

Viande ou poisson ? 
Aucun. Je suis végétarienne

Pain au chocolat ou chocolatine ?
M’en fou, du moment que ça se mange, ça n’a pas d’importance !

Merci  !

Publicités

Interview Amélie Romarin

pixiz-14-11-2017-22-39-47

Bonjour, comment allez vous ?

Bonjour, ça va bien, merci ! Et vous ?ça va merci 

Pouvez-vous nous parler un petit peu de vous, votre parcours ?

J’ai commencé à écrire vers l’âge de 7 ans, pensant lire mes histoires à mes cousins et ma sœur avant de dormir. Mais j’étais trop timide pour ça ! Au fil des ans, j’ai attrapé le virus, ayant besoin de mettre mon imagination sur papier. Je ne cherchais pas à publier, j’écrivais juste comme ça, pour le plaisir. Et puis un jour, j’ai voulu franchir le pas !
Petite, je me demandais pourquoi on n’arrêtait pas l’école une fois qu’on savait ce que l’on voulait faire plus tard, parce que je voulais devenir écrivain… J’ai donc eu du mal à trouver ma voie ! J’ai d’abord entrepris d’étudier la traduction, puis je me suis dirigée vers les études d’institutrice maternelle. Au final, j’ai enfin trouvé ce qui me convenait : j’ai fait des études pour devenir bibliothécaire-documentaliste ! J’en suis diplômée depuis juin 2018.

Présentez nous un peu votre/vos livres

J’ai 2 romans à mon actif, le 3e va bientôt sortir. Je pense que les deux premiers se rejoignent un peu :
 « Le Dernier Train », publié chez Edilivre, relate l’histoire de Lindsay. Fraîchement diplômée, cette jeune fille ne se sent plus à sa place auprès de ses proches et décide de partir à Ostende sans prévenir personne. Elle restera en contact avec sa sœur, qui lui en voudra beaucoup. Un jour, elle va rencontrer une personne, par le plus grand des hasards. Et cette personne va grandement changer sa vie !
 « Millie« , publié aux éditions du Lys Bleu, raconte l’histoire de Milena. Elle a 11 ans, est battue par sa mère et adore la lecture. Un jour, sa mère l’abandonne. Milena va alors trouver refuge auprès de son amie Manon, qui se sent un peu obligée de la recueillir, ne se sentant absolument pas prête à devenir maman ! A force de passer du temps ensemble, Milena et Manon vont apprendre à se connaître et à se donner confiance.
Le troisième roman s’intitule « A l’encre de nos maux » et paraîtra très bientôt aux éditions Ethen. On suit Ethan et ses amies particulières : Jenny (l’égocentrique), Maëlle (la mytho), et Anna (la timide). Ils ont 15 ans, ils sont amis, certains sont amoureux. On se moque d’eux à l’école, mais cela n’atteint pas Ethan. Jusqu’au jour où un nouvel élève va atterrir dans sa classe pour lui faire vivre un cauchemar… Ethan va alors trouver une lettre, proposant de se parler sans révéler son identité, sans se juger. Ethan va y trouver refuge…

Qu’en pense votre entourage ? Vous soutiennent ils ? Lisent ils vos livres ?

Quand j’étais plus jeune, je ne pensais pas du tout publier mes histoires un jour. C’est ma maman qui me demandait parfois pourquoi je ne publiais pas. Mes manuscrits sont un peu mon jardin secret, je ne laisse personne les lire. Cela a donc été une très grande surprise pour mes proches de lire mon premier roman ! Ils l’ont beaucoup aimé. Par contre, ils ne portent pas le deuxième roman dans leur cœur, et je pense qu’ils sont peu nombreux à l’avoir lu. Ce qui les dérange, c’est le fait de bien distinguer le vrai du faux, mes romans ne sont jamais totalement fictifs.

Comment réussissez-vous à concilier votre vie de famille, votre vie professionnelle et l’écriture ? 

Je ne suis pas encore loin dans ces trois vies : je vis encore chez mes parents, je viens seulement de trouver du travail. J’écris peu, parce que je ne me sens pas assez inspirée, mais une fois que l’inspiration est là, je ne la lâche pas ! Quand j’étais étudiante, l’inspiration avait l’art de se pointer pendant les examens. J’étudiais en journée et écrivais le soir, ainsi que pendant les vacances. Cela ne fait que 2-3 semaines que je suis dans la vie active, mais je pense écrire en rentrant du travail et durant le weekend. Je pourrais écrire dans le train, pendant les trajets, mais c’est trop public à mon goût !
Ma vie d’auteure est très secondaire pour moi, je ne me promeus pas assez (voire même pas du tout…). Je suis trop concentrée sur ma vie « primaire », je vais devoir apprendre à gérer cela.

Où trouvez-vous l’inspiration ?

Je trouve l’inspiration un peu partout. Je vais prendre l’exemple de mes 3 romans :
 le premier est inspiré du décès de mon cousin et d’une chanson du même titre, interprétée par Fabrice Mauss
 le deuxième est inspiré d’un débat en classe, lors du cours de déontologie
 le troisième est inspiré d’une balade entre amies et de ce que j’ai vécu étant adolescente
Je crée des playlist de musiques selon les goûts des personnages et l’ambiance de l’histoire, je les écoute durant les trajets pour m’inspirer. L’inspiration peut se trouver un peu n’importe où !

Comment de temps mettez vous à écrire un roman ?

Cela dépend vraiment du temps que j’ai à y consacrer, et de l’inspiration qui aime jouer à cache-cache ! Je pense avoir écrit mes romans entre 4 et 8 mois. 4 mois parce que j’ai pu profiter des grandes vacances, 8 mois parce que j’avais beaucoup de stages, mon TFE/mémoire à réaliser, et surtout mon diplôme à obtenir. Certains manuscrits ont été entamés l’an dernier et sont toujours mis de côté parce que je ne sais pas comment les continuer. Cela dépend vraiment, il n’y a pas de timing « fixe ».

Quel est votre genre de lecture ? 

Je suis une grande fan d’horreur (Stephen King) et de thriller (Franck Thilliez, Bernard Minier). Mais je lis aussi des romans pour adolescents et des feel good. J’essaye de m’ouvrir à tout.

Vous êtes plus  séries ou films ? 

Cela dépend des périodes. Par moment, je suis plutôt film et par d’autres, je suis plutôt série.

En dehors des livres, quels sont vos hobbies ?

J’aime le cinéma, la danse (j’en ai fait pendant plusieurs années), le tir à l’arc (j’en ai fait pendant un an), la musique (écouter, je n’en joue pas).

Une phobie ?

J’ai peur des serpents et des requins.

Si vous deviez résumer cette folle aventure en 3 mots

Enrichissante, épanouissante, passionnante !

 Un mot à rajouter ?

Juste un petit merci pour cette interview ! ;)

Si tu étais… Tu serais…

Un animal ? Un chat

Un objet ? Un cahier ou un Bic

Une musique ? « Borders », de Amber Liu

Une saison ?L’automne

Un lieu ? Londres

Une couleur ? Le mauve

Tu es plutôt…

Été ou hiver ? Hiver (parce que j’aime m’habiller chaudement, m’emmitoufler dans des couvertures !)

Chocolat ou bonbon ? Chocolat

Eau ou limonade ?Limonade

Café ou chocolat ? Chocolat

Viande ou poisson ? Viande

Pain au chocolat ou chocolatine ?Pain au chocolat

Merci  !

Merci à toi 

Interview de Isa Lawyers

pixiz-14-11-2017-22-39-47

-Bonjour, comment allez vous ?

Très bien mais je suis un peu dans la lune en ce moment pour cause d’écriture intensive. Je dors peu la nuit et je rêve éveillée à mon roman en cours la journée.

-Pouvez-vous nous parler un petit peu de vous, votre parcours ?

J’ai 44 ans et je suis mariée à mon premier amour depuis…ouh là, un sacré moment mais c’est comme si c’était hier. Je suis maman d’un ado de 13 ans et d’une chipie de 7 ans. J’ai fait de longues études de droit et je travaille dans le milieu juridique depuis plus de 18 ans maintenant. J’adore mon métier et j’aime en parler dans mes histoires. Beaucoup d’entre elles se déroulent dans le monde judiciaire. C’est un milieu trop souvent déformé voire même caricaturé dans les romans alors je voulais remettre un peu de vrai dans ce monde où on côtoie avant tout l’humain.

J’écris depuis quelques années maintenant. Je me suis mise à l’écriture sur le tard. J’en avais envie depuis longtemps mais je n’osais pas. Un jour, j’ai réclamé un ordinateur dernier cri à mon mari (ceux avec la pomme qui coûte quand même un bras !). Il a conclu un marché avec moi. Ok pour l’ordinateur portable mais je devais écrire un roman. Je me suis lancée et j’en ai écrit trois d’affilée et depuis je continue chaque soir. Autant vous dire que mon mari n’en revient toujours pas.

-Présentez nous un peu votre/vos livres

Alors à ce jour, je n’ai qu’un roman disponible sur les stores. Il s’agit de Camilove, auto-éditée chez Stories by Fyctia. J’ai écrit cette histoire un peu par hasard en participant à un concours sur Fyctia. Il s’agit d’une chiklit qui devait répondre au thème « la vie secrète des auteurs ». Camille est une jeune institutrice de maternelle, qui écrit en grand secret de la romance érotique. Elle a une peur bleue de perdre son anonymat même si elle est déjà très célèbre sous le nom de Camilove et surtout son emploi. Elle doit un jour participer au salon du livre de Paris et là tout s’enchaîne contre elle, son éditrice, sa famille, son ex petit-ami. Elle va devoir apprendre à assumer ses deux casquettes. Dans ce roman, j’ai voulu raconter combien il peut parfois être délicat d’assumer être l’auteure de new romance, de faire face aux regards parfois moqueurs et critiques de l’entourage familial et professionnel. J’y mêle beaucoup d’humour de romance et d’émotions en tout genre.

Je vais bientôt publier chez Librinova un roman qui s’intitule « Jail me if you can ». Il s’agit de l’histoire d’une toute jeune juge de l’application des peines qui se voit confier le dossier de son chanteur de rock préféré et qui devra tenter de garder tout son professionnalisme face à l’homme de ses rêves. Autant dire que ça sera très compliqué. Cette fois-ci, il s’agit d’une new-romance et j’attends de rencontrer mes lectrices dans ce nouveau style.

Enfin, je suis en train de boucler une histoire que j’ai commencé sur Fyctia dans le concours emprise et qui s’intitulait jusque-là No pain no Love. C’est l’histoire d’une avocate qui, par amour, va devoir, fermer les yeux sur la morale pour continuer à rencontrer un superbe adonis sur lequel elle a littéralement craqué.

-Qu’en pense votre entourage ? Vous soutiennent ils ? Lisent ils vos livres ?

Mon mari est mon principal soutien. Il lit quelques passages de mes livres mais la romance n’est vraiment pas sa tasse de thé. C’est toujours pas assez sexe ou trop gnian gnian alors du coup, pour éviter les disputes conjugales, je ne lui montre que les passages qui me posent problème.

Dans ma famille, on ne me lit pas trop et finalement, je trouve que ce n’est pas plus mal. De cette façon, je n’ai aucune limite par peur de choquer les parents.

J’ai quelques amies qui me lisent et qui sont mes bêta lectrices et cela me suffit. J’aime avant tout aller séduire des inconnues, les faire rêver, leur faire du bien avec mes histoires.

-Comment réussissez-vous à concilier votre vie de famille, votre vie professionnelle et l’écriture ? 

C’est vraiment une question d’équilibre. J’ai parfois l’impression d’être une funambule et qu’il ne faudrait pas grand chose pour basculer dans le vide mais la réalité c’est que j’ai besoin des trois. J’adore mon métier. Il est source d’inspiration car j’y observe beaucoup les gens. Ma famille quelle question, elle est ma raison de vivre. Et puis l’écriture, c’est mon moment rien qu’à moi, lorsque tout le monde est couché. Je me mets à rêvasser et mes mains se mettent à danser sur mon clavier.

-Où trouvez-vous l’inspiration ?

Partout, dans la vie de tous les jours, dans mes rêves, dans un reportage télé ou dans les séries. Ça me prend comme ça et j’invente. J’ai un nombre infini d’histoires déjà prêtes dans ma tête mais pourquoi ces satanées journées ne font que 24 heures !

-Comment de temps mettez vous à écrire un roman ?

Je n’ai pas de durée type. Tout dépend de l’histoire.

-Quel est votre genre de lecture ? 

La romance avant tout. J’aime lire des choses qui me font du bien. J’ai un métier difficile et le soir j’ai besoin de décompresser devant un bon film ou un bon livre.

-Vous êtes plus séries ou films ?

Séries, Netflix a changé ma vie !

 -En dehors des livres, quels sont vos hobbies ?

En dehors des livres, du boulot, de l’écriture et surtout de mon job de maman, euh…pas grand chose. Faudrait vraiment que les journées rallongent !

-Une phobie ?

Les machins trucs velus à huit pattes ! brr !

-Si vous deviez résumer cette folle aventure en 3 mots

Bonheur, bonheur, bonheur

– Un mot à rajouter ?

Euh… bonheur ! lol

Si tu étais… Tu serais…

Un animal ?  un chat car j’aime me faire câliner mais je suis très indépendante voire même un peu sauvage.

Un objet ? Un smartphone pour me faire tripoter toute la journée (oups, je dérape) mais ça marche aussi avec un livre (mdr)

Une musique ? Clair de Lune car elle donne des papillons dans le ventre tout en tirant quelques larmes. J’aime émouvoir les gens.

Une saison ?Le printemps. C’est la saison du renouveau et des amoureux !

Un lieu ? Une chambre. On peut y faire tellement de choses agréables (lire, dormir…). À quoi pensiez-vous bande de chipies !

Une couleur ? Le bleu comme la couleur d’un ciel sans nuage.

Tu es plutôt…

Été ou hiver ? Hiver car j’aime être emmitouflée. Je suis une fille pleine de complexes !

Chocolat ou bonbon ? Chocolat, ma drogue number one

Eau ou limonade ?Plutôt soda light

Café ou chocolat ? Cappucino, mélange parfait entre le café et la douceur d’un chocolat chaud.

Viande ou poisson ? Euh… plutôt dessert

Pain au chocolat ou chocolatine ?Pain au chocolat de préférence chaud comme dans la chanson de Joe Dassin (encore une histoire d’amour ! Que voulez-vous je suis une éternelle romantique, je ne changerai plus à mon âge !)

Merci  !

Merci à vous ! Bises !

Interview de Alexandre Walther

pixiz-14-11-2017-22-39-47

-Bonjour, comment allez vous ?

Bonjour, alors oui, merci beaucoup, et vous ? 

ça va merci 🙂

-Pouvez-vous nous parler un petit peu de vous, votre parcours ?

Alors moi à l’heure actuelle je suis étudiant en Licence d’Allemand pour devenir professeur ou traducteur, disons que j’ai encore le temps pour choisir entre ces deux métiers, mais pour le moment je tends plus vers le professorat. Pour ce qui est de mon parcours en tant que « écrivain » (je ne me considère pas comme tel, mais bon, c’est d’usage), j’ai commencé à écrire quand j’étais encore en école primaire, je ne sais d’où m’est venue cette envie, et je ne le sais probablement jamais, mais qu’importe maintenant, je suis très content d’avoir été bercé par cela depuis mon enfance. Ensuite, en vieillissant, j’ai décidé d’ouvrir une chaîne YouTube sur laquelle je publiais mes poèmes, mais je les lisais, car je trouvais important que l’ouïe, elle aussi, puisse faire ressentir quelque chose. Aujourd’hui la chaîne n’est plus en activité, et il doit y rester deux vidéos, dont une où je m’exerçais à une passion nouvelle : La photographie.


-Présentez nous un peu votre/vos livres

Alors j’ai publié un recueil aux éditions Art en Mots en juin 2018, sous le nom de « Namenlos », qui signifie « sans nom » en Allemand. Il regroupe, entre autres, une trentaine de poèmes, si ce n’est un peu moins, qui m’ont suivi de mon lycée jusqu’à ce jour, et qui, au fil de mes émotions, sortaient bruts sur le papier, j’y mettais simplement la forme que je voulais. Cela représente donc pour moi près de 3 ans de travail pour arriver au résultat actuel. J’en suis très fier, et je planche actuellement sur le second, mais celui-ci, qui sait combien de temps il me prendra, car je préfère écrire quand ça me chante, plutôt que d’écrire pour remplir des pages, car quand je fais ça, cela ne me convient jamais et tant que cela ne me satisfait pas, je suis prêt à tout effacer. La version papier ne devrait plus tarder à sortir.

-Qu’en pense votre entourage ? Vous soutiennent ils ? Lisent ils vos livres ?

Alors beaucoup de mes amis lisaient mes poèmes sur ma page Facebook de l’époque, et ils avaient l’air d’aimer cela, car j’avais un style simple, mais je ne saurais répondre si j’ai toujours le même lectorat aujourd’hui maintenant que ma manière d’écrire, de penser chaque poème a évolué tant dans la forme que dans le fond. Mais pour ce qui est du soutien, je sais que c’est le cas, j’ai tenté d’arrêter à de nombreuses reprises, mais beaucoup de mes amis et de membres de ma familles m’ont soutenu pour que je continue, et je les remercie aujourd’hui, car si on y pense, sans eux, mon recueil ne serait ni fini, ni publié, et aurait peut-être même terminé son aventure aux oubliettes/à la poubelle.

Je sais que certain.e.s de mes ami.e.s proches l’ont acheté et lu, et j’en ai eu un excellent retour, pas une seule mauvaise impression, et c’est pour moi un grand honneur de recevoir leurs avis et conseils dans la plus grande des gentillesses qui soit.

-Comment réussissez-vous à concilier votre vie de famille, votre vie professionnelle et l’écriture ? 

Vivant encore chez mes parents pour mes études qui se passent par correspondance, je peux tout organiser comme il faut, bien que je ne le sois pas de base. Je peux profiter de ma famille, étudier dans de bonnes conditions, et écrire quand bon me semble. C’est un bon compromis.

-Où trouvez-vous l’inspiration ?

Disons plutôt que c’est Elle qui me trouve, car je n’écris qu’à l’instant où elle décide de montrer le bout de son nez, et quand elle est là, je peux écrire des heures sans efforts et sans fuite d’inspiration. Disons que quand elle est présente, elle m’est fidèle pendant plusieurs jours avant de repartir. Et j’attends la prochaine fois, sans la forcer.

-Comment de temps mettez vous à écrire un roman ?

Je n’ai jamais tenté d’écrire de roman, j’ai toujours écrit de la poésie, par conséquent vous avez déjà la réponse, mais pour écrire un poème qui me satisfasse, cela va de 5 minutes à 1h, au-delà je considère que je n’en retirerai rien de bon, et j’efface.


-Quel est votre genre de lecture ? 

Je suis plutôt roman de policier, Thriller psychologique, et cela peut paraître paradoxal, mais je ne lis quasiment jamais de poésie. Je ne lis même plus la mienne une fois écrite.


-Vous êtes plus  séries ou films ? 

A vrai dire, tout dépend de mes humeurs, mais je dirai plutôt série.


-En dehors des livres, quels sont vos hobbies ?

La photographie, la musique, je pratique la guitare depuis 6 ans, et j’adore composer et passer mes textes spécialement préparés sur un fond musical que j’ai créé. J’aime énormément dormir aussi.

-Une phobie ?

La mort. J’écris beaucoup sur ce sujet, cela me permet un peu d’exorciser mes démons, mais il m’arrive de passer mes nuits à angoisser, à imaginer le néant, le vide, sans savoir ce qui me survivra dans les siècles à venir et comment Tout s’achèvera sans que j’y sois présent.


-Si vous deviez résumer cette folle aventure en 3 mots

Rencontres, passion, complexité.

 Un mot à rajouter ?

Ne jamais forcer sa muse.

Si tu étais… Tu serais…

Un animal ? 

Un Tardigrade. C’est affolant ce que cette bête sait faire !

Un objet ? 

Un mégaphone, je suis connu pour avoir une grande gueule.

Une musique ?

J’hésite beaucoup… Mais je dirais « The Heart from your Hate » du groupe Trivium, cette chanson me transporte toujours, même si je l’écoute toute la journée.

Une saison ?

L’automne, car ça paraît froid quand on y pense, mais les paysages sont plein de surprises en automne.

Un lieu ? 

Je serais ma chambre, car j’y passe beaucoup de temps et c’est là que j’écris le plus.

Une couleur ? 

Bleu 

Tu es plutôt…

Été ou hiver ? 

Hiver, car je trouve qu’il est plus facile de se réchauffer en Hiver que de se rafraîchir en été, et je supporte très mal la chaleur.


Chocolat ou bonbon ? 

Chocolat.


Eau ou limonade ?

Eau la journée, Limonade pour le plaisir.


Café ou chocolat ? 

Chocolat, j’ai horreur du café.


Viande ou poisson ? 

Poisson

Pain au chocolat ou chocolatine ?

Profiteroles !

Merci  !

Interview de Laura Maurice

pixiz-14-11-2017-22-39-47


-Bonjour, comment allez vous ?
bonjour. Bien merci beaucoup 😁


-Pouvez-vous nous parler un petit peu de vous, votre parcours ?
oui bien sur. Je m’appelle Laura et j’ai 22 ans ( plus pour très longtemps). En réalité je suis une éternelle indécise, dans tous les domaines. J’ai d’abord fait un bac scientifique avant de me tourner vers des études de biologie. Pas du tout faite pour moi, j’ai laissé tomber après quelques mois. Je me suis alors découvert une véritable passion pour l’écriture ( bien que la lecture soit la première dans mon cœur). J’ai fini par écrire sans m’arrêter pendant presque deux ans avant d’auto publié mes romans. À présent, je suis en deuxième année de licence de lettres modernes… et il semblerait que j’ai enfin trouvé ma voie.

-Présentez nous un peu votre/vos livres
pour le moment, ils sont au nombre de 4.

Il y a tout d’abord Exception. C’est un roman fantastique, mêlant amour et mystère. Le second est fairies : la rébellion ailée. L’histoire se déroule dans un monde féerique beaucoup trop stricte. Elle met en scène une fée rebelle et prête à tout pour se faire entendre. Mon troisième roman se nomme Hors contrôle. C’est une dystopie mettant en scène le péril d’un jeune homme, Nomir, qui tente de rendre son monde plus juste. Mon dernier roman s’appelle le silence est d’or. C’est le récit d’une jeune fille qui se refuse à parler sans qu’on en connaisse la raison.

Je me suis également essayé aux nouvelles et à la poésie dans un petit recueil disponible sur Amazon.

Pour les curieux et les curieuses, je fais régulièrement des promotions sur mes romans afin que le plus grand nombre puisse les découvrir 😍


-Qu’en pense votre entourage ? Vous soutiennent ils ? Lisent ils vos livres ?

Mon entourage proche me soutient énormément. Ma petite sœur est d’ailleurs ma première lectrice. Elle me demande toujours l’exclusivité 😊. Ma mère de son côté se fait un plaisir de lire tous mes textes, bons ou mauvais. Certaines personnes ont pourtant jugés préférable de ne pas s’en mêler, malheureusement.


-Comment réussissez-vous à concilier votre vie de famille, votre vie professionnelle et l’écriture ?
en réalité je mélange les trois. Je n’ai pas d’enfants, seulement deux chiens. Il est vrai que les journées ne sont pas assez longues pour concilier mon travail de caissière, mes études de lettre moderne et ma passion. Mais j’ai réussi en me donnant quelques heures de solitude le week-end.


-Où trouvez-vous l’inspiration ?
je lis de tout, même si ma préférence va aux grands classiques tels que zola ou Hugo. Mais je m’inspire plus souvent d’auteurs contemporains tels que Meyer ou Todd.

-Comment de temps mettez vous à écrire un roman ?
oh c’est très variable !! Mon premier roman m’a pris seulement une centaine de jours… alors que le dernier est encore en écriture après 2 ans et demi de travail…

 

-Quel est votre genre de lecture ?

Je n’aime pas du tout le policier ou les essais, sans raison particulière… je suis une grande fan de New romance et de fantastique. Mais mes premiers amours sont et resteront Hugo ‘le dernier jour d’un condamné ‘ et Stendhal ‘le rouge et le noir’.

-Vous êtes plus  séries ou films ?
je dirais séries car j’aime suivre longtemps les mêmes personnages

-En dehors des livres, quels sont vos hobbies ?
en dehors des livres ?! Question difficile ! Je dirais mes chiens et le coloriage 🤔

-Une phobie ?
l’échec en général

-Si vous deviez résumer cette folle aventure en 3 mots
intense : passionnante : à refaire

 Un mot à rajouter ?

je crois que j’ai tout dis mais je pourrais rajouter qu’il est important de croire en ses rêves et de ne jamais baisser les bras. Si vous croyez pouvoir le faire, c’est que vous le pouvez.


Si tu étais… Tu serais…

Un animal ? un border collie : intelligent et fidèle

Un objet ? un livre bien sûr

Une musique ? pour que tu m’aimes encore 🎶

Une saison ? le tout début de l’automne

Un lieu ? au beau milieu de la nature

Une couleur ? arc-en-ciel : aucune en particulier en réalité.


Tu es plutôt…


Été ou hiver ?  hiver

Chocolat ou bonbon ? hum… Hum… difficile… Chocolat

Eau ou limonade ?eau

Café ou chocolat ? aucun des deux

Viande ou poisson ? poisson

Pain au chocolat ou chocolatine ?pain au chocolat


Merci beaucoup 

 

 

 

Interview de Karine Lullaby

pixiz-14-11-2017-22-39-47

-Bonjour, comment allez vous ?

Bonjour, ça va très bien malgré le froid merci et vous ?

ça va merci 🙂

-Pouvez-vous nous parler un petit peu de vous, votre parcours ?

Mon parcours est petit lol. J’ai débuté sur wattpad en 2015 avec Flashback qui est devenu Flashback Love une fois édité. Je l’ai envoyé a trois ME et après un refus, une sans réponse la troisième m’a répondu positivement ! OUF ! Depuis mon livre a été publié le 10 juin 2017 chez Evidence Editions.

-Présentez nous un peu votre/vos livres

Flashback Love est ma première histoire que j’ai publié sur wattpad. C’est l’histoire d’une fille qui va tomber amoureuse… non je déconne je préfère vous mettre le résumé.

Dans la vie de Mia tout se passait à merveille.

Jusqu’au jour où son petit ami Logan la laisse tomber sans réelle raison.

Le soir même, elle noie sa tristesse dans l’alcool, afin d’oublier la douleur que lui inflige sa rupture. Elle fait alors une chose qu’elle ne s’était imaginée commettre un jour…

Coucher avec Mason Terence, le Play-boy du bar où elle travaille et ami de son cousin Kyle.

Après cette nuit, entre eux, rien ne pourra plus être comme avant…

J’ai bien sur d’autres livres que je continue de publié sur wattpad que j’espère publier par la suite mais en Auto cette fois.

 

-Qu’en pense votre entourage ? Vous soutiennent ils ? Lisent ils vos livres ?

Soutenue par ma voisine qui est devenue une amie proche ^_^ mes parents me soutienne et sont fier surtout mon père qui a lu ma romance ^_^ soutenue par certains membres de ma famille qui attende que je sorte d’autres histoires.

-Comment réussissez-vous à concilier votre vie de famille, votre vie professionnelle et l’écriture ? 

J’écris quand j’ai le temps et que l’inspiration est présente surtout.

-Où trouvez-vous l’inspiration ?

Dans tout est n’importe quoi. Les idées fusent pendant le sommeil, une situation, une série, un film, une image, la vie…

-Combien de temps mettez vous à écrire un roman ?

Tout dépend le temps que j’y passe ça varie. Je n’aime pas me précipité donc je prends mon temps.

-Quel est votre genre de lecture ? 

Bd, manga, romance, feel good, comics…

-Vous êtes plus  séries ou films ? 

Séries

-En dehors des livres, quels sont vos hobbies ?

J’aime regarder les séries, joué au jeux vidéo

-Une phobie ?

le vertige

-Si vous deviez résumer cette folle aventure en 3 mots

Dingue, passion, méfiance

 Un mot à rajouter ?

Bien se renseigné avant d’agir.

Si tu étais… Tu serais…

Un animal ?  Un panda

Un objet ?  Un livre ^_^

Une musique ?  Man in the mirror de Michaek Jackson

Une saison ? L’hiver

Un lieu ?  Chez moi :p

Une couleur ?  Le vert

Tu es plutôt…

Été ou hiver ?  Hiver

Chocolat ou bonbon ?  Chocolat

Eau ou limonade ? Limonade

Café ou chocolat ?  Chocolat

Viande ou poisson ?  Viande

Pain au chocolat ou chocolatine ? Pain au chocolat

Merci ! Avec plaisir

Intrview d’Arielle Frank

pixiz-14-11-2017-22-39-47

-Bonjour, comment allez vous ?

Bonjour, je vais très bien. Je vous remercie de prendre le temps de m’interviewer.


-Pouvez-vous nous parler un petit peu de vous, votre parcours ?

Je suis journaliste et auteur de quatre livres pratiques. Puis la vie m’a éloignée de l’écriture. J’y suis revenue récemment avec un premier roman, La Faute Exquise.


-Présentez nous un peu votre livre

J’ai écrit ce roman suite à des discussions, avec des hommes et des femmes, sur la sexualité de notre époque. La question de la relation « jetable » revenait constamment. Les rencontres virtuelles et les aventures sans lendemain sont-elles inévitables ? Sait-on encore aimer ? Ne sommes-nous pas conditionné(e)s par les rencontres facilitées par les réseaux sociaux, les sites, les applis ?

À travers les sept péchés capitaux, La Faute Exquise nous entraîne dans la vie d’une femme qui découvre la sexualité sur le tard, avec un homme qui est à mille lieues de son idéal, mais dont elle va totalement dépendre affectivement et sexuellement.

C’est l’histoire d’une relation où désirs, attentes et doutes s’entremêlent, créant confusion et contradictions.

cache_9334882.jpg


-Qu’en pense votre entourage ?Vous soutiennent ils ?Lisent ils vos livres ?

Mes proches, bien évidemment ! Pour ma famille, ce genre est un peu trop osé… ils préfèrent attendre la sortie de mon prochain roman. Sans sexe !


-Comment réussissez-vous à concilier votre vie de famille, votre vie professionnelle et l’écriture ? 

Je suis sans emploi actuellement, c’est ce qui m’a permis d’écrire deux romans pratiquement à la suite, et d’entamer le troisième.

Mais j’ai toujours mené différents projets simultanément, dormant peu et cogitant énormément.


-Où trouvez-vous l’inspiration ?

Dans la vie, dans les situations quotidiennes, auprès des gens.


-Comment de temps mettez vous à écrire un roman ?

Je reconnais que quand je démarre un livre, j’ai énormément de mal à m’arrêter. J’aimerais pouvoir écrire jour et nuit ! Mais il m’arrive également de manquer d’inspiration. Dans ces moments-là, je laisse le manuscrit de côté. Il n’est pas rare que les idées reviennent la nuit, juste avant de m’endormir. Alors, je rallume la lumière et noircis le petit carnet qui ne quitte jamais mon chevet.


-Quel est votre genre de lecture ? 

Les romans de tous genres : sentimentaux, policiers, thrillers… Paradoxalement, le seul genre que je n’ai jamais lu, c’est le roman érotique. Probablement pour ne pas risquer d’être influencée dans l’écriture de La Faute Exquise.

-Vous êtes plus séries ou films ? 

Les films ! J’ai du mal à suivre les séries qui démarrent en force, puis s’épuisent au fil des épisodes.

Et comme je suis une grande romantique, j’ai besoin de me plonger dans les situations, de partager les sentiments des personnages… Ce que les séries, souvent écrites à la va-vite, ne permettent que rarement.


-En dehors des livres, quels sont vos hobbies ?

Le sport, errer dans la nature, apprécier les petits bonheurs simples du quotidien.


-Une phobie ?

Trop de phobies pour être citées !

-Si vous deviez résumer cette folle aventure en 3 mots

Défi (pour avoir osé la romance érotique),

Satisfaction (pour avoir réussi ce pari),

Catharsis…


 Un mot à rajouter ?

J’espère que les lectrices (et lecteurs !) tomberont amoureux de mes personnages comme moi je les aime… au point que je prépare la suite de cette aventure. Bien plus sombre et plus dérangeante.

Si tu étais… Tu serais…

Un animal ? 

Un chien, car comme eux, j’ai besoin d’attention et d’affection.


Un objet ? 
Un livre. Pas très original, mais du plus loin que je me souvienne, j’ai presque toujours eu un livre entre les mains.


Une musique ? 

Du Metal.


Une saison ?

Le printemps, qui représente pour moi, la renaissance de la nature.

Un lieu ? 

La cuisine. Je m’y sens bien, j’y ai écrit tous mes livres !


Une couleur ? 

Le noir, assurément.

Tu es plutôt…

Été ou hiver ? 

Eté, je déteste le froid et il me le rend bien !


Chocolat ou bonbon ? 

Chocolat, je ne pourrais pas vivre sans !

Eau ou limonade ?

Eau. Comme les amateurs de vins, je suis capable de reconnaître les différentes eaux !


Café ou chocolat ? 

Café en boisson. Chocolat sous toutes les autres formes.


Viande ou poisson ? 

Ni l’un ni l’autre, je suis végétarienne.


Pain au chocolat ou chocolatine ?

Bonne question, je suis du Sud Ouest !

J’aime le croustillant de la pâte feuilletée mais le pain au chocolat de mon boulanger, fait avec de la vraie pâte à pain, est une tuerie !

Merci !

Merci à vous, aux membres du groupe et aux lectrices et lecteurs.